Naans à la farine complète

« C’était une journée d’avril froide et claire. Les horloges sonnaient treize heures. Winston Smith, le menton rentré dans le cou, s’efforçait d’éviter le vent mauvais.Le hall sentait le chou cuit et le vieux tapis. A l’une de ses extrémités, une affiche de couleur, trop vaste pour ce déploiement intérieur était clouée au mur. Elle représentait simplement  un énorme visage, large de plus d’u mètre : le visage d’un homme d’environ 45 ans, à l’épaisse moustache noire, aux traits accentués et beaux.C’était un de ces portraits arrangés de telle sorte que les yeux semblaient......

Lire le billet


Sellou (sfouf) au muscovado, graines de lin et argan

J’avais calculé avec exactitude la longitude et la latitude du trésor. Pour cela je m’étais armée d’une patience de sioux et de techniques de guet sophistiquées héritées de lectures récentes de Jules Verne. J’avais scruté les opérations maternelles pendant des heures, l’air de rien en faisant semblant d’aider innocemment à piler de l’ail au mortier, ou de hacher nonchalamment du persil, taches traditionnellement dévolues à l’enfant que j’étais. J’avais fait semblant de dédaigner la chose, de la scruter d’un regard indifférent malgré les effluves d’anis qui me faisaient chavirer. J’avais dix ans......

Lire le billet


Za'alouk de chou-fleur au cumin et olives noires

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on intriguait sec dans la Grèce antique, comme nous avons souvent pu le constater sur ces pages. Il suffit de feuilleter distraitement quelques pages de l’Iliade ou de l’Odyssée pour reléguer illico n’importe quel épisode de « House of Cards » au rang de conte pour mauviettes. C’est vous dire....

Lire le billet


Couscous de printemps à la semoule d’orge, fèves, petits pois et épinards

C’est une histoire de déserts étoilés et de plaines  d’oliviers, de montagnes enneigées et de vallées d’amandiers, une histoire de cueillettes et de moissons, d’orge, de blé, de millet, de graines  brisées sous la meule, puis séchées, roulées, aérées....

Lire le billet


Asperges vertes à la gremolata, Feta rôtie au miel et au thym

« Je m’arrêtais à voir sur la table, où la fille de cuisine venait de les écosser, les petits pois alignés et nombrés comme des billes vertes dans un jeu ; mais mon ravissement était devant les asperges, trempées d’outre-mer et de rose et dont l’épi, finement pignoché de mauve et d’azur, se dégrade insensiblement jusqu’au pied — encore souillé pourtant du sol de leur plant — par des irisations qui ne sont pas de la terre. Il me semblait que ces nuances célestes trahissaient les délicieuses créatures qui s’étaient amusées à se......

Lire le billet


Pilaf de riz rouge de Camargue aux fèves des marais et au chorizo

Soient a et b les deux côtés  formant l’angle droit d’un triangle rectangle, et c l’hypoténuse,  le  carré de la longueur de l’hypoténuse est alors égal à la somme des carrés des longueurs des côtés de l’angle droit, c’est-à-dire que  c² = a² + b². Oui je vous vois trembler dans les chaumières face à ces souvenirs de mathématiques scolaires : voici que s’offre à vous, lecteurs ébaubis,le célébrissime théorème de Pythagore, un des piliers de la géométrie Euclidienne que des millions de novices ont ânonné sans crier gare. Ce théorème d’une somptueuse......

Lire le billet


Petites harchas (galettes de semoule) bicolores

C’est un rituel auquel je n’échappe jamais à chaque voyage dans mon pays natal : prendre le temps d’aller très tôt au Hammam et déguster par la suite, sans me  presser, en prenant le temps d’écouter mes os (vieille expression marocaine) une harcha avec un verre de thé à la menthe. Une forme de méditation sans doute avant l’avènement du marketing de l’introspection....

Lire le billet


Hoummous à l’ail des ours

Dans les sous-bois au printemps, la terre est encore humide, les oiseaux s’égosillent, les arbres bruissent de feuilles nouvelles, le soleil s’ébroue, la lumière ressuscitée  se faufile dans la pénombre verdoyante. Dans les sous-bois au printemps, l’azur rit, les fleurs étincellent, la sève exulte. Il y a parfois des blessures de carmin, ou des éclats de blanc voire des exubérances safranées ou encore des frémissements de bleu. La nature se pavane. Dans les sous-bois au printemps on s’oublie, on s’émerveille, on a envie d’embrasser toute être, toute chose. Tout semble de nouveau......

Lire le billet


Page 3 of 1612345...10...Last »