Archives mensuelles: juin 2017


Ajvar, le volcanique et balkanique dip aux aubergines et poivrons

Egypte, 1882. Le pays dépend encore théoriquement de l’empire ottoman mais se retrouve dans les faits sous tutelle britannique. Lui c’est Mahmoud. Officier cairote , sanglé dans un  impeccable uniforme avec tarbouche incorporé,il  promène son corps svelte, son élégante moustache , sa beauté ténébreuse et son dandysme oriental  dans le Caire agité de cette fin du XIX siècle. Mahmoud est tourmenté par l’avènement de cette nouvelle colonisation, Mahmoud est excédé par la faiblesse de L’Egypte, Mahmoud n’a pas vraiment choisi de devenir officier. Mais quand il sourit, le temps s’arrête, son visage......

Lire le billet


Naans à la farine complète

« C’était une journée d’avril froide et claire. Les horloges sonnaient treize heures. Winston Smith, le menton rentré dans le cou, s’efforçait d’éviter le vent mauvais.Le hall sentait le chou cuit et le vieux tapis. A l’une de ses extrémités, une affiche de couleur, trop vaste pour ce déploiement intérieur était clouée au mur. Elle représentait simplement  un énorme visage, large de plus d’u mètre : le visage d’un homme d’environ 45 ans, à l’épaisse moustache noire, aux traits accentués et beaux.C’était un de ces portraits arrangés de telle sorte que les yeux semblaient......

Lire le billet


Sellou (sfouf) au muscovado, graines de lin et argan

J’avais calculé avec exactitude la longitude et la latitude du trésor. Pour cela je m’étais armée d’une patience de sioux et de techniques de guet sophistiquées héritées de lectures récentes de Jules Verne. J’avais scruté les opérations maternelles pendant des heures, l’air de rien en faisant semblant d’aider innocemment à piler de l’ail au mortier, ou de hacher nonchalamment du persil, taches traditionnellement dévolues à l’enfant que j’étais. J’avais fait semblant de dédaigner la chose, de la scruter d’un regard indifférent malgré les effluves d’anis qui me faisaient chavirer. J’avais dix ans......

Lire le billet


Za'alouk de chou-fleur au cumin et olives noires

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on intriguait sec dans la Grèce antique, comme nous avons souvent pu le constater sur ces pages. Il suffit de feuilleter distraitement quelques pages de l’Iliade ou de l’Odyssée pour reléguer illico n’importe quel épisode de « House of Cards » au rang de conte pour mauviettes. C’est vous dire....

Lire le billet