Gelée de raisin aux pommes et à l’anis étoilé

Gelée de raisin aux pommes et à l’anis étoilé
Hind
par

« Nasr Eddin Hodja, gourmand de bonnes choses, préfère à tout le halva,dont il n’a jamais assez. Il s’en plaint un soir , après dîner, à des amis de passage.

Pourtant ce n’est pas difficile à faire, dit l’un. Il suffit d’avoir de l’huile de sésame…

_Qu’on mélange avec du miel, dit un autre.

_Et on malaxe le tout dans un mortier avec des fruits et des amandes , renchérit  un troisième.

_Mais je sais tout cela ! s’impatiente Nasr Eddin.

_Alors que te manque-t’il ?Est-il donc si difficile dans une maison aussi bien tenue que la tienne, d’avoir autant qu’il en faut de l’huile, du miel et le reste ?

_Vous ne comprenez pas, répond d’un air docte Nasr Eddin. Le problème , c’est que lorsque tous ces ingrédients sont là, c’est moi qui n’y suis pas.

Extrait de « Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja, editions Libretto.

Je riais de nouveau de bon cœur aux facéties de l’inénarrable Nasr Eddin, que nous avons déjà eu l’occasion de croiser sur ces pages , ami lecteur potentiellement cuisinier, comme par exemple dans cette fort habile histoire de pommes.

C’est que l’après midi était pluvieuse, et que la flemme légendaire de Nasr Eddin était contagieuse.

Mais tandis que la pluie tambourinait  obstinément sur les carreaux, que le ciel bas faisait se pendre tous les canaux de Belgique, je contemplais avec perplexité des raisins trop murs qui se morfondaient depuis quelques jours dans le panier à fruit, sans trouver d’amateur.

Hors je n’avais nulle envie de projet culinaire d’envergure, ni la moindre volonté de valser avec les marmites : l’appel d’une couverture douillette et d’un roman prenant faisaient rude concurrence au moindre élan gastronomique. Je comptais me carapater lâchement loin des raisins fourbes:je n’avais ni la vertu pour les satisfaire, ni le courage de les sublimer, ni l’ambition de les transformer.C’était sans compter le parfum suave de la grappe  alanguie qui semblait me jeter des regards torves.

Las,je ne parvenais pas à me résoudre à abandonner ses raisins à leur sort fatal alors que je me faisait le chantre de la cuisine des restes ,trognons , pépins et épluchures comprises.

Et soudain la lumière fut ! une gelée pardi, réminiscence d’un vieux grimoire de la conservation qui trônait dans ma bibliothèque, voilà le destin rêvé de raisins trop murs !Sans compter que la geste culinaire , minimale et chevaleresque dans cet effort démesuré de sauver des raisins mourants,se limitait à touiller mollement une à deux fois avec un petit coup de tamis ma foi bien modeste. Un labeur modéré pour un résultat éloquent : voilà qui sauvait ma paresse et mes principes économes tout à la fois.

Cette gelée n’utilise aucun gélifiant artificiel : la pectine des pommes contenue dans les trognons et la peau en particulier  ainsi que celle du citron suffit à la faire prendre . D’où l’intérêt d’utiliser des fruits biologiques pour pouvoir consommer les bestioles entières, sans rien gaspiller. Par ailleurs on n’épluche et on n’épépine rien du tout dans cette recette , toujours pour favoriser la prise en gelée  mais aussi pour le goût et la promesse de fainéantise initiale !

Sortez votre marmite(mais mollement).

Pour environ 400 à 500g de gelée

  • 500g de raisins blancs (mais on peut utiliser ceux que l’on veut, voire un mélange)
  • 250 de pommes(ici des reinettes)
  • 100ml de vin blanc sec
  • 1 citron
  • 2 anis étoilés
  • 400g de sucre de canne blond biologique

Égrappez les raisins et lavez les soigneusement : inutile de les épépiner, tout passera au tamis par la suite !

Faites chauffez le vin blanc dans une marmite à couvercle, portez à ébullition, ajoutez les raisins puis baissez le feu et laisser cuire à couvert pendant 15 mn , en écrasant légèrement les fruits de temps en temps.

Pendant ce temps coupez les pommes en quartier, et le citron en rondelles : comme expliqué plus haut, nous allons garder la peau et les pépins pour profiter de la pectine de la pomme et du citron. Vive les fruits bio !

Ajoutez les pommes, le citron dans la marmite ainsi que l’anis étoilé. Faites cuire à feu dout et à couvert pendant 25 mn environ jusqu’à ce que les pommes soient bien molles. Ecrasez de temps à autre, en toute nonchalance, pendant la cuisson.

Filtrez la préparation à travers un tamis ou un chinois ou une passoire fine en tassant bien : récupérez le jus obtenu et mesurez le . Je compte personnellement 0,800g de sucre par litre de liquide car je n’aime pas les préparations trop sucrées (la gelée classique opte pour 1kg de sucre pour 1 kg de liquide). Surtout ue les raisins trop murs sont déjà suffisamment sucrés. Ici j’avais 500ml de liquide ,d’où les 400g de sucre inscrits dans les ingrédients.

Versez le jus et le sucre dans la même marmite et laisser réduire à découvert et à feu doux pendant 25 à 30 mn. Vérifiez la prise en gelée : une goutte versée sur une assiette froide (conservée au réfrigérateur) doit figer aussitôt.

Versez aussitôt dans des pots en verre stérilisés(lavés à l’eau bouillante puis séchés au four à 100°C pendant 30 mn), laissez refroidir avant de fermez les pots. Conservez au frais. Personnellement cette gelée se conserve chez moi pendant 3 mois, après ouverture,  au réfrigérateur( par gourmandise, je n’ai jamais pu vérifier une plus longue durée de conservation)

print
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *