étiquette : Maroc


Tajine d'agneau aux topinambours

Replongeons, amis lecteurs, l’espace d’un article éphémère, dans la grande saga des légumes mal-aimés voire oubliés, une saga avec moult rebondissements où le tubercule boursouflé  d’aujourd’hui tient un rôle de protagoniste majeur; façon soap opera languissant (mais sans le brushing californien)....

Lire le billet


Maakouda (galette de pommes de terre) aux olives noires et aux herbes

La magie de la médina de ma ville natale, Rabat, n’a cessé de me transporter, et de hanter ma mémoire. L’enfance remonte en moi à chaque fois que je m’y rends avec un émerveillement inchangé. Une certaine nostalgie de l’innocence et de cette capacité à faire du monde un territoire de jeu inépuisable y sont sans doute pour beaucoup, ainsi que cette formidable lumière que j’emporte dans mon cœur, partout et de tout temps. Enfant ,le rituel était toujours le même avec mon père : une longue promenade dominicale dans la ville « nouvelle« ......

Lire le billet


Jeunes carottes rôties au citron confit, zhoug/sahawiq yéménite aux fanes

« Céline ; Je vous envoie vifs compliments et remerciements pour le merveilleux bœuf-mode. Je voudrais bien réussir aussi bien que vous ce que je vais faire cette nuit, que mon style soit aussi brillant, aussi clair, aussi solide que votre gelée _ que mes idées soient aussi savoureuses que vos carottes et aussi nourrissantes et fraîches que votre viande. En attendant d’avoir terminé mon œuvre, je vous félicite de la vôtre. »...

Lire le billet


Sellou (sfouf) au muscovado, graines de lin et argan

J’avais calculé avec exactitude la longitude et la latitude du trésor. Pour cela je m’étais armée d’une patience de sioux et de techniques de guet sophistiquées héritées de lectures récentes de Jules Verne. J’avais scruté les opérations maternelles pendant des heures, l’air de rien en faisant semblant d’aider innocemment à piler de l’ail au mortier, ou de hacher nonchalamment du persil, taches traditionnellement dévolues à l’enfant que j’étais. J’avais fait semblant de dédaigner la chose, de la scruter d’un regard indifférent malgré les effluves d’anis qui me faisaient chavirer. J’avais dix ans......

Lire le billet


Za'alouk de chou-fleur au cumin et olives noires

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on intriguait sec dans la Grèce antique, comme nous avons souvent pu le constater sur ces pages. Il suffit de feuilleter distraitement quelques pages de l’Iliade ou de l’Odyssée pour reléguer illico n’importe quel épisode de « House of Cards » au rang de conte pour mauviettes. C’est vous dire....

Lire le billet


Couscous de printemps à la semoule d’orge, fèves, petits pois et épinards

C’est une histoire de déserts étoilés et de plaines  d’oliviers, de montagnes enneigées et de vallées d’amandiers, une histoire de cueillettes et de moissons, d’orge, de blé, de millet, de graines  brisées sous la meule, puis séchées, roulées, aérées....

Lire le billet


Petites harchas (galettes de semoule) bicolores

C’est un rituel auquel je n’échappe jamais à chaque voyage dans mon pays natal : prendre le temps d’aller très tôt au Hammam et déguster par la suite, sans me  presser, en prenant le temps d’écouter mes os (vieille expression marocaine) une harcha avec un verre de thé à la menthe. Une forme de méditation sans doute avant l’avènement du marketing de l’introspection....

Lire le billet


Citrons confits à la marocaine

Il y a l’odeur de mes retours d’école, avec la silhouette maternelle au fourneau et ce tajine aux poulet, citrons et olives qui avait mijoté à feu doux, lentement, miraculeusement. Quand on ouvrait le couvercle de la cocotte, on humait amoureusement les odeurs savantes, issue d’une cuisine millénaire. Le bonheur était là, à portée de main....

Lire le billet


Tajine d’agneau à la marmelade de tomates  et à la rose

Dès le joli moi de mai de chaque année, au pied du mont M’goun, dans le haut atlas marocain, l’air bruisse d’une clameur particulière. Une odeur entêtante envahit la vallée de Kel’aat M’gouna( littéralement la citadelle du mont M’goun), petite ville berbère protégée par son ocre et magnifique forteresse millénaire ,et une agitation inhabituelle s’empare des autochtones. Les femmes se drapent dans leurs plus beaux atours, se parent de colliers d’ambres et d’argent, se tatouent le visage en soulignant leurs yeux de khôl. De même les hommes  sortent leurs vêtements d’apparat tout......

Lire le billet


Page 1 of 212