étiquette : Céleri vert


Potage de céleri-rave à la pomme, au roquefort et aux amandes

Et nous voici de nouveau à l’ombre des ombellifères, là où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe calme et céleri-rave (cf l’épisode précédent dédié à cette belle rave, injustement dédaignée). A l’ombre certes, mais avec cette question fondamentale, que dis-je, existentielle : quel est donc le quidam qui le premier a eu cette brillante idée de domestiquer l’ache des marais pour en faire les futurs céleris à côte et autres céleris-raves ? Comment se lève-t’on un matin en décidant de fabriquer du céleri(au lieu de ronchonner avant sa dose de café quotidienne)?Diantre!...

Lire le billet


Chorba à l’orge et aux légumes d’automne, condiment oranges-amandes

Dans le train il y a Madame qui pose beaucoup de questions et Monsieur qui ne sait pas, ou plus. « Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? –Je ne sais pas . « Qu’est ce qu’on fait pour Saint-Nicolas ? » -Je ne sais pas. « Et pour les enfants ce week-end » ? –Je ne sais pas. Dans le train il y a une jeune fille qui pleure. J’ose l’aborder pour la consoler. C’est un chagrin d’amour, un chagrin semblable à des millions d’autres et pourtant singulier, unique, incomparable. Nous entamons timidement une conversation mais son arrêt est déjà......

Lire le billet


Céleri rave en croûte de sel, salade de lentilles  et vinaigrette à la claytone de cuba (pourpier d’hiver)

« Légumes, morfondants légumes. Je pense à ces femmes dont la vie s’est écoulée à l’ombre de vos épluchures, et le couteau luisait, tricotant dans leurs doigts. Légumes vos couleurs tristes, vos déchets, votre consistance. Certainement je ne hacherai pas menu le salsifis des reproches, le rutabaga des voyez-vous bien, le navet des raisons sans fin, la rave, la rave. Je laisse aux moisissures les objections à gueule de tomate, les arguties à fond d’artichaut, les cris de putois de la courge, tout un vrai raifort critique. » Aragon, traité du style, 1927....

Lire le billet


PotagePoiscassés

Le front des légumineuses revient accompagné d’une poudre de perlimpinpin, enfin de jambon cru, qui soutiendra vaillamment notre pois cassé dans ses soupières aventures. C’est ce gendre de poudre qu’il aurait fallu à Cendrillon. Mais si souvenez-vous dans le cruel conte de Perrault, notre future princesse doit chaque jour accomplir les plus viles taches inventées par sa méchante marâtre et ses détestables demi-sœurs. Et l’une d’elle consistait à trier des pois et des lentilles répandues volontairement près de l’âtre. Ah tant de vilénie a de quoi paralyser les amateurs de l’humble légumineuse......

Lire le billet


orzotto carottes toute!

Bombance et ripaille aidant, les plus chanceux d’entre nous auront fait bonne chère pendant les fêtes. Après des années d’utilisation insouciante je viens d’apprendre enfin l’étymologie de cette expression ! Il ne s’agit donc nullement d’un dévoiement voire d’une ancienne orthographe du mot « chair » : dans le cas qui nous occupe Chère signifie « Visage ».Cerveau est issue de la même racine et l’expression initiale serait en fait « faire bonne chère à quelqu’un » c’est-à-dire bonne figure, montrer son meilleur visage....

Lire le billet


BouilllonMisoSésame

La butternut me regardait et je regardais la butternut. La courge et moi, on se faisait un duel façon Clint et Elie, genre le bon, la brute and co. « Dans la vie il y a ceux qui creusent et ceux qui tiennent le revolver, toi tu creuses » avait déclaré le dernier des philosophes far-westiens alias Blondin. Et c’est moi qui tenais le revolver, enfin l’économe en l’occurrence. Purée, gratin, tarte, velouté, crue, au four, à la vapeur ? Mille idées se bousculaient dans mon cerveau affamé donc cruel pour sceller......

Lire le billet


Page 1 of 212