étiquette : Céleri vert


orzotto carottes toute!

Bombance et ripaille aidant, les plus chanceux d’entre nous auront fait bonne chère pendant les fêtes. Après des années d’utilisation insouciante je viens d’apprendre enfin l’étymologie de cette expression ! Il ne s’agit donc nullement d’un dévoiement voire d’une ancienne orthographe du mot « chair » : dans le cas qui nous occupe Chère signifie « Visage ».Cerveau est issue de la même racine et l’expression initiale serait en fait « faire bonne chère à quelqu’un » c’est-à-dire bonne figure, montrer son meilleur visage....

Lire le billet


BouilllonMisoSésame

La butternut me regardait et je regardais la butternut. La courge et moi, on se faisait un duel façon Clint et Elie, genre le bon, la brute and co. « Dans la vie il y a ceux qui creusent et ceux qui tiennent le revolver, toi tu creuses » avait déclaré le dernier des philosophes far-westiens alias Blondin. Et c’est moi qui tenais le revolver, enfin l’économe en l’occurrence. Purée, gratin, tarte, velouté, crue, au four, à la vapeur ? Mille idées se bousculaient dans mon cerveau affamé donc cruel pour sceller......

Lire le billet


Velouté de betteraves rouges aux poires et aux amandes

« Mon nom est Shabnam, et toi, quel est ton nom ? » chantait perfidement Bindu, affriolante actrice gujarati dans un grand classique indien des seventies, Kati Patang, autrement dit , « le cerf-volant à la dérive». Magnifique programme en perspective avec toutes les promesses d’un honnête mélodrame....

Lire le billet


Ma Harira
octobre 02, 2015

Ma Harira

Où l’on s’attaque à l’une des recettes mythiques de la gastronomie marocaine, un pilier des tablées du royaume, c’est un roc c’est un pic… c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ? … c’est une péninsule ! Ne nous enflammons pas mais foi de Cyrano, chaque foyer à l’est, à l’ouest, au nord ou au sud du Maroc doit avoir sa propre version soigneusement héritée des générations précédentes et jalousement sauvegardée. Car nous abordons là une soupe emblématique du mois de Ramadan au Maroc, une rupture de jeûne ne pouvant......

Lire le billet


Linguine à la betterave jaune, algues, citron et poisson fumé

L’appel de la nouille fait rage ! Mais la rave jaune coquine vous fait de l’œil ainsi que vos algues ennuyées par leur destin éternellement asiatique. Et puis le week-end est fini, faut pas nous prendre pour des vermicelles donc on court, on court, on ne sait après quoi mais on court, on galope, on halète dans la course quotidienne pour gagner parait-il sa vie ,si tant est qu’on l’ait perdue quelque part....

Lire le billet


Poulet du dimanche en croûte de sel, céleri vert et cumin

La radio ronronne au loin, le café chantonne en s’écoulant mollement, le soleil ronchonne et le pain craque sous la dent pendant que votre cerveau embrumé se prépare à la colossale flemme dominicale. On traine, on rêvasse, on sirote, on s’affale : le dimanche on écoute ses os (vieille expression marocaine). Et soudain au milieu de cette oisiveté bienveillante, une obsession vous guette, une idée prenante, tenace qui défie votre bienheureuse paresse : le poulet rôti du dimanche !...

Lire le billet


BouillonMisoBlanc, navets et feuilles de betteraves

Je vous vois déjà frétiller dans les chaumières : bouillon et tofu dans la même phrase, le règne de l’ascétisme serait-il advenu ? Mais que nenni dirai-je, avec une confondante conviction. Je ne vous invite à aucune cure de frugalité en robe de bure et tongs New-age : les nouilles Udon et le tofu croustillant au sésame en témoignent....

Lire le billet


labneh psychedelique!

Dans ce monde de brutes où tout doit toujours aller plus vite, il est parfois bon de réapprendre la patience. La labneh est un exercice de patience par excellence : on se doit d’y penser en bon gourmand au moins 12h à l’avance. Mais que seraient les plaisirs sans leur anticipation ? La labneh c’est l’apprentissage de la simplicité, nul besoin de canon à patates ou autre éventre-tomate comme le chantait l’immense Vian : un torchon, une cuillère en bois, un récipient ou un bocal profond et vogue la cuisinière(ou le cuisinier) !...

Lire le billet


Petits légumes et saumon au bouillon nanbanzuke

La cuisine japonaise est une cuisine de soustraction. Foin d’épices en folie, de mijotées et autres sauces au beurre! Quand un ingrédient a du goût, le cuisinier nippon n’y touchera guère ou presque, avec un choix de condiments minimal qui mettra toujours en relief la saveur brute de l’ingrédient avant toute chose. Le bouillon nanbanzuke se situe clairement dans cette approche épurée où les ingrédients sont à peine cuits dans cette escabèche à la japonaise. Je viens d’apprendre par ailleurs que Nanbanzuke signifie « saumure des barbares du sud » ! On est toujours la......

Lire le billet


Page 2 of 212