Salade de pommes de terre aux fèves, cumin et huile de vert de poireau

Salade de pommes de terre aux fèves, cumin et huile de vert de poireau
Hind
par

Nasr Eddine, un jour, est de passage dans une petite ville dont l’imam vient de mourir.Les habitants, prenant le voyageur pour un saint homme, lui demandent de prononcer la sermon du vendredi. Il monte en chaire et interpelle la nombreuse assistance :

-Chers frères, savez-vous de quoi je vais vous parler ?

-Non, non, font les fidèles, nous ne le savons pas.

-Comment ? s’écrit Nasr Eddine ,puisque vous ne le savez pas , il est inutile que je vous en parle.

Et Nasr Eddine partit.

Impressionnés par cette sortie qui les confirme dans leur conviction que l’homme est d’une grande piété, les gens s’empressent de rattraper le Hodja et le supplient de revenir prêcher.Il remonte alors en chaire :

– Chers frères, vous savez sans doute à présent de quoi je vais vous parler ?

-Oui,oui répondent en chœur les fidèles, nous le savons !

-Puisque vous le savez , il est inutile que je le répète.

Et il s’en alla, laissant l’assemblée stupéfaite : que fallait-il donc répondre pour qu’un tel saint accepte de répandre ses lumières ?

Une des personnes de l’assistance propose que si la question est encore posée, les uns crient : « Oui,oui, nous le savons ! » et les autres : »Non, non, nous ne le savons pas ! »

L’idée est retenue et l’on court chercher le hodja, qui monte en chaire pour la troisième fois :

-Chers frères, savez-vous enfin de quoi je vais vous parler ?

-Oui, oui répondent certains, nous le savons !

-Non, non, s’écrient les autres, nous ne le savons pas !

-A la bonne heure, conclut Nasr Eddine.Dans ces conditions que ceux qui savent le disent à ceux qui ne le savent pas.

Et il s’en alla.

Le sermon. Extrait de « Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddine el Hodja ».Jean Louis Maunoury, editions libretto.

Sacré Nasr Eddine ! Quel bonheur de lire les aventures mêlant absurdité et sagesse  de ce trublion à la fois fictif et réel_il aurait vécu  au XIIIème siècle à Akshéhir en Anatolie où son mausolée existe encore_  dont les histoires cocasses , drôles et irrévérencieuses  ne cessent de me réjouir , et que je vous avais déjà présenté sur ces pages  notamment dans ma recette de burgers végétariens.

Alors aujourd’hui , peut-être que vous ne le savez pas encore mais nous allons causer de fèves , de patates et de poireaux. Oui je sais que vous savez ,vu le titre mais je ne veux pas vous tourmenter inutilement comme le rusé Nasr Eddine.

Il s’agit de transformer des verts de poireaux qui dépassaient un tantinet du réfrigérateur, en huile martienne, même si je pratique peu l’ostracisme porophage qui consiste à n’utiliser que des blancs ou que des verts dans un effort chromatique certain. Mais en l’occurrence ils étaient sacrément longs mes poireaux comme vous ne le savez pas, ou peut-être que si ,vous savez. Enfin ceux qui savent peuvent le dire à ceux qui ne savent pas, qu’on disait.

Et puis il y avait les poétiques fèves printanières dont décidément je ne me lasse pas tant leur émotion éphémère est précieuse.

Et enfin l’éternelle patate des chaumières me scrutait d’un air navré : elle avait aussi envie de printemps !

Ni une ni deux, tout ce petit monde se retrouva dans une salade d’un vert assumé.

Maintenant que vous savez,  vous pouvez en parler , ou pas.

Pour 4 personnes:

Huile de vert de poireau :

  • 70g de vert de poireau
  • 1 tige de céleri vert avec feuille si possible
  • 200ml d’huile d’olive première pression à froid

Salade :

  • 500g de pommes de terres à chair ferme
  • 700g de fèves avec cosses (vous pouvez faire un gaspacho avec les cosses, vu dans ma recette précédente), ce qui donne environ 200 à  250g de fèves une fois le tout écossé.
  • 1 oignon rouge
  • 2 cc rases de cumin moulu
  • Sel au goût.
  • 1 petit bouquet de persil ou de coriandre haché(e)(tiges et feuilles comprises)
  • Le jus d’un demi-citron

Commençons par l’huile martienne : émincez le vert de poireau ainsi que le céleri vert. Mettez tout ce petit monde dans votre blender fétiche avec l’huile d’olive et mixez comme un beau diable de façon à avoir une texture lisse. Filtrez à la passoire fine.Réservez.

Sus à la salade : épluchez les pommes de terre et écossez les fèves. Coupez la pomme de terre en dés moyens et faites cuire à la vapeur pendant 20 mn à 25 mn environ.

Plongez les fèves 2 mn dans de l’eau bouillante salée . Laissez tiédir : vous pouvez dérober (c’est-à-dire éplucher) les fèves les plus grosses en laissant les petites avec leur peau. Mesurez l’exercice à l’aune de votre flemme et de l’aide disponible en cuisine.Réservez.

Coupez l’oignon en brunoise (ou comme bon vous semble, c’est une affaire de mâche avant tout).

Mélangez les pommes de terres, les fèves, l’oignon, le persil (ou la coriandre) avec le jus de citron. Salez légèrement , ajoutez le cumin puis 3 à 4 c  à s d’huile de vert de poireau. Rectifiez l’assaisonnement en sel si nécessaire.

Servez tiède ou froid.saladefevespatates4

print
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *