étiquette : Cannelle


Tajine de poulet aux coings et au miel

De quelqu’un qui n’apprécie pas les bienfaits dont la bonne fortune l’a doté, l’on dira « Dieu donne des fèves à ceux qui n’ont pas de dents ». Et pan dans les gencives ! Pour signaler qu’une initiative quelconque n’en est qu’à ses débuts et qu’il est encore temps de renoncer ou que les échecs ne sont pas encore flagrants, on soupirera d’un air docte : » Nous n’avons encore rien brûlé dans le tajine ». Quiconque rechigne devant l’effort se verra vertement fustiger avec le catégorique : » celui veut qui veut le miel, doit supporter la piqûre des......

Lire le billet


Chutney de tomates aux dattes et au piment, galettes aux haricots rouges

Empire britannique des indes, Calcutta, 1838. Les fertiles plaines céréalières du delta du Gange ont été transformées en immenses champs de pavots exploités par la compagnie des indes britanniques pour produire de l’opium, une drogue extrêmement lucrative destinée aux exportations vers la chine....

Lire le billet


Ketchup et carpaccio de butternut, fish cakes aux câpres

La courge avait décidé de prendre la tangente , histoire de se la couler douce. Après le duel façon Elie et Clint, ne voila-t ’il pas que la butternut décidait de se dédoubler sur des chemins autrement plus poétiques. La courge admirait secrètement Robert Frost et sa magnifique conclusion dans « the road not taken »: Two roads diverged in a wood, and I— I took the one less traveled by, And that has made all the difference. Sauf que la tête et le corps de la butternut se chamaillaient pour une indépendance à priori......

Lire le billet


Bol comestible et potage potimarron lait de coco

Pan to Supu to Neko Biyori (littéralement pain, soupe et temps de chat en japonais) est une petite série télévisuelle japonaise que j’ai regardé récemment et qui m’a réconciliée avec l’humanité (parce que oui je me fâche dans mon coin très régulièrement avec le monde fou qui nous entoure)....

Lire le billet


Petit épeautre au lait d’amande, poires pochées au safran

C’est Gene Tierney qui m’a poussée dans cette aventure safranée aux parfums de poire, d’amandes et d’épeautre. Comment ça quel rapport ? Hé bien je m’apprêtais à revoir pour la énième fois l’un de mes films fétiches « The ghost and Mrs Muir » avec donc la sublime Gene Tierney. Gene et ses yeux turquoise magnétiques, ses pommettes saillantes et ce port de tête farouche qui vont construire sa légende au demeurant tragique. Gene ou l’héroïne vénéneuse et inoubliable de « Laura » d’Otto Preminger, une leçon en film noir, un chef d’œuvre dont on......

Lire le billet