Crépiaux de lentilles corail au lait de coco, sauce yaourt-purée d’amandes

Crépiaux de lentilles corail au lait de coco, sauce yaourt-purée d’amandes
Hind
par

Un vieil adage indien nous conte la sage maxime suivante ‘Ye munh aur masoor ki daal ‘ qu’on pourrait grossièrement traduire : « Ton palais ne mérite pas un mets aussi subtil que cette lentille ».

Cette admonestation outrée prenant la défense de la modeste  lentille corail (masoor daal en hindi) , aurait pour origine une sombre histoire de nawab gâté ; le nawab étant un titre honorifique  , équivalent de vice-roi et datant de l’empire Moghol en Inde.

Il était donc une fois, à Lucknow (Uttar Pradesh), un nawab grand amateur de jeu d’échecs. Un soir, pris par la transe du jeu, il s’éternisa dans une partie d’anthologie tandis que son bawarchi (cuisinier) patientait après avoir mitonné avec la plus grande délectation un plat de masoor daal. Les heures s’égrenaient, le daal se figeait, le bawarchi soupirait tandis que son enthousiasme flétrissait  et toujours aucune trace du nawab polisson.

Il se trouve que notre cuisinier était irascible  et d’une patience très limitée. Excédé par tant de mépris princier, il s’empara de la marmite de lentilles et la jeta sans crier gare au pied d’un arbre ratatiné, avant de filer à l’anglaise (ou à la moghol, c’est selon). Oui, je vous vois venir dans les chaumières : qui n’a pas connu ce fameux cri de ralliement ‘A table ‘ , suivi par une mélopée d’excuses des occupants de la dite chaumière. C’est là que le cuisinier/cuisinière en charge de la pitance journalière a des envies de renversement de marmites, tout comme notre infortuné bawarshi.

Hors ,quelques jours après ce courroux culinaire et ‘lentillesque’ , voilà que d’aucuns constatent que des bourgeons verdoyants apparaissaient soudainement sur l’arbre moribond. Le miracle que voilà : la masoor domestique avaient donc des propriétés régénérantes !

L’on s’égosilla, l’on se congratula, l’on se récria et l’on se mit à la recherche du popotier fuyard : c’est que le nawab impoli regrettait son manque de respect et exigeait séance tenante le retour de son cuisinier.

Mais las, rien n’y fit, le bawarshi trop fier se contenta de leur asséner le fameux ‘Ye munh aur masoor ki daal’. C’est curieux chez les cuisiniers ce besoin de faire des phrases!(Pardon Michel Audiard)

Voilà qui redore tout de go le blason de la lentille, tant dédaignée sous d’autres latitudes et souvent synonyme de becquetance chiche et de nourriture des humbles. Alors qu’en Inde par exemple, la profusion de variétés et de recettes la place au rang des ingrédients phares des différentes cuisines régionales.

Alors continuons à rendre hommage à la lens culinaris , cette légumineuse qui nous court sur le haricot depuis 10 000 ans du fin fond de sa Mésopotamie natale et du fameux croissant fertile. Sachons être aussi révérencieux que les égyptiens de l’époque pharaonique qui ne manquaient pas d’ajouter des lentilles dans chaque tombeau, tant elles étaient considérées comme un ingrédient clé de la résurrection des défunts.

Certes la recette d’aujourd’hui n’a guère pour objet de ressusciter des morts ou des arbres mais simplement de cuisiner la lentille corail autrement. Sachons raison garder.

Cette fois-ci, mise à tremper, cette lentille cassée sera mixée finement avec du lait de coco et des épices pour réaliser une pâte à crêpes : un peu à la manière des dosas indiennes mais sans riz et sans fermentation.

Ces crêpes à base de légumineuse  accompagnent à merveille des légumes sautés, des crudités ou encore des potages et autres soupes. Je l’ai accompagné d’une sauce au yaourt et à la purée d’amandes mais vous pouvez laisser libre court à votre imagination pour d’autres vinaigrettes.

A vos blenders!

un lait de coco équitable et à 99% de teneur en coco: mon préféré!

 

Pour 8 à 10 crêpiaux :

  • 250g de lentilles corail  mises à tremper la veille
  • 400ml de lait de coco de bonne qualité (celui d’Oxfam est à 99% de coco)
  • 1 petit oignon finement haché
  • 4 c à s de persil haché
  • 1 gousse d’ail hachée
  • 1 cc de gingembre frais haché
  • ½ cc de sel
  • ½ cc de paprika
  • 1/4  cc de cannelle moulue
  • ½ cc de coriandre moulue
  • 1 cc de cumin moulu
  • Les gousses de 3 graines de cardamome verte
  • ½ cc de fenugrec
  • 1 cc de levure chimique
  • 1 œuf
  • Un peu d’huile de tournesol pour la cuisson

Sauce :

  • 200ml de yaourt entier ou à la grecque biologique (sinon yaourt de soja pour une version vegan)
  • 1 petit bouquet de coriandre ou de persil grossièrement haché (tiges et feuilles comprises)
  • 1 petit gousse d’ail
  • 1 c à s de purée d’amandes
  • 1 c à s d’huile de noix
  • Sel,poivre du moulin au goût.
  • 1/2 cc de cumin moulu
  • 1 c à S  de graines de cumin

Pâte à crépiaux :

Égouttez les lentilles corail puis versez les dans le bol de votre blender avec le lait de coco , les épices , l’œuf et la levure chimique.

Hors du blender ajoutez, l’oignon et le persil et laissez reposer la pâte au frais pendant une vingtaine de minutes

Sauce :

Mixez finement tous les ingrédients de la sauce sauf les graines de cumin. Torréfiez légèrement les graines de cumin à la poêle sèche pendant 4 mn, laissez refroidir. Ajoutez les graines de cumin à la sauce et réservez au frais jusqu’au moment de servir.

Cuisson :

Sortez la pâte à crêpe du frais 10 mn avant d’entamer les opérations

Faites chauffer une petite poêle en fonte à feu moyennement fort  (6 sur induction) , versez une c à s d’huile de tournesol et enduisez la poêle avec un mouvement souple (ou pas)des poignets. Enlevez l’excédent éventuel avec du papier absorbant.

Dès que la poêle est bien chaude, versez une demi-louche de pâte dans la poêle : résistez à l’envie de faire de grandes crêpes , car les pâtes à base de légumineuses sont un peu plus difficiles à manipuler.

Laissez cuire environ 4 mn : la base de la crêpe va se durcir et des petites bulles vont se former. Retournez le crépiau et faites cuire 3 mn environ de l’autre côté en retournant le crépiau avec une spatule large . Faites preuve de patience : si vous essayer de retourner la crêpe trop vite, vous  risquez de ruiner votre œuvre.

Disposez sur un essui ou du papier absorbant au fur et à mesure.Graissez la poêle à nouveau si elle s’assèche entre-temps avec une lichette d’huile de tournesol.

Servez chaud avec la sauce d’accompagnement ainsi qu’une salade, un sauté de légumes  ou un bon potage.

S’il vous reste des crêpes , conservez les au réfrigérateur et réchauffez-les à la poêle au moment de déguster.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

print
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *