Crêpes à la courge spaghetti, sauce caramélisée à l’orange

Crêpes à la courge spaghetti, sauce caramélisée à l’orange
Hind
par

De 1563 à 1572 Giuseppe créa les quatre  saisons. Mais non pas le musicien, mais le peintre, le facétieux et déjanté milanais Giuseppe Arcimboldo ! Déjanté parce que Giuseppe invente un style pictural pour le moins étonnant : des têtes composées, portraits allégoriques proches de la caricature et réalisés en mélangeants fruits, légumes et toute sortes de végétaux  dans une fausse  et joyeuse cacophonie phytomorphe.

Ces portraits commandés par Maximilien II de Bavière et supposées encenser la maison des Habsbourg  peuvent se lire à l’aune de l’hommage comme celui de la dérision : on ne le saura sans doute jamais. Ah les relations dangereuses entre l’art et le pouvoir !

Toujours est-il que ces savants portraits ont permis à notre spirituel Giuseppe de se voir offrir un emploi à vie : celui de responsable des Wunderkamern, cabinets de curiosités artistiques des Habsbourg et possibles précurseurs des musées. L’habile manœuvre que voilà ! Giuseppe sombrera cependant  dans l’oubli après sa mort avant d’être redécouvert par le mouvement surréaliste au début du XXème siècle, sensible sans doute aux jeux de mots picturaux  de notre milanais précoce.

arcimboldoautomne

oui on voit des courges et des potirons partout(et du raisin, et des champignons et des pommes et…): c’est l’automne d’Arcimboldo!

On ne peut s’empêcher de penser aux tribulations picturales de Giuseppe Arcimboldo  en travaillant la courge d’aujourd’hui, car notre amie curcubita pepo du jour  cache bien son jeu : à la cuisson, elle révèle une chair filandreuse qui se décompose en fines lanières proches du spaghetti. Un trompe l’œil qui n’aurait pas déplu à notre compère Giuseppe !

Cette courge étonnante est dotée d’une chair sucrée qui s’associe bien aux agrumes : ça tombait bien car il y avait une envie de sucré et surtout  de crêpes dans l’air ! La crêpe ou la technique de la cuisinière à bout de souffle pour contenter des becs sucrés.

Cette recette est par ailleurs  inspirée (mais modifiée) par le très joli livre ‘Légumes et fruits oubliés ‘, tandis que la sauce fait partie du patrimoine culinaire familial.

La chair de la courge va servir à rendre les crêpes moelleuses (un peu plus épaisses ici qu’une crêpe normale) tandis que la sauce caramélisée à l’orange rend le tout très difficile à conserver… hors de son estomac j’entends. Le tout est à consommer avec la modération extrême usuelle.

Le reste de la courge a atterri dans une autre recette : suite au prochain épisode.

A vos poêles !

Pour 4 personnes :

  • 1 courge spaghetti moyenne (il en faut au moins 350g)
  • 250ml de lait
  • 200g de farine à pâtisserie
  • 50g de farine à sarrasin
  • 2 c à s de cassonade blonde (non raffinée de préférence ou de sucre muscovado)
  • Une pincée de sel
  • 1/2  cc de gingembre en poudre(facultatif)
  • ½ cc de levure chimique
  • 1 c à s d’huile de tournesol +1 c à s supplémentaire pour la cuisson
  • sucre glace pour saupoudrer( si vous ne voulez pas saucer)

Sauce caramélisée à l’orange :

  • 75g de beurre coupé en dés
  • 75g de cassonade blonde ou de sucre muscovado
  • 180ml de jus d’orange (fraichement pressée de préférence)
  • Le zeste d’une orange

 

Que la courge trépasse : plongez la cucurbita entière (oui avec la peau tout ça) fissa dans un grand volume d’eau bouillante et faite cuire à petit bouillon pendant 30 minutes. Retirez du feu et laissez refroidir avant d’évider la courge, de l’épépiner  et d’en prélever 350g de bons et loyaux filaments. Le reste servira en soupe, avec des pâtes, en gratin etc.

elle a l'air bien innocente cette courge n'est-il pas?Sauçons : dans un petit poêlon mélangez le beurre, le sucre, la moitié du jus d’orange et le zeste. Faites fondre à feu moyen puis baissez le feu et laissez caraméliser le tout pendant une 15 à 20 minutes en remuant avec une spatule en bois. Quand le mélange commence à caraméliser et à faire des bulles, ajoutez le reste de jus d’orange hors du feu. Puis remettez la sauce à feu doux et laissez mijoter et épaissir  vingt minutes supplémentaires environ.

Crêpons !(non pas le chignon) : Dans un grand bol, mélangez les deux farines, le sel , la levure chimique et la cassonade. Ajoutez les œufs un par un puis le lait petit à petit en fouettant soigneusement jusqu’à avoir une pâte lisse et sans grumeaux. Terminez avec la c à s d’huile de tournesol et les filaments courge en mélangeant impitoyablement. Laissez la pâte reposer une quinzaine de minutes avant de commencer l’atelier crêpes.

courgespaghettiChauffez une poêle à feu moyennement fort et huilez-la légèrement (j’éponge l’excèdent si besoin avec du papier absorbant) : versez une louche de pâte et faites cuire 4-5 minutes du premier coté et 2-3 minutes de l’autre. Empilez les crêpes au fur et à mesure sur une assiette.

Servez chaud généreusement arrosé de sauce à l’orange(et éventuellement simplement  saupoudré de sucre glace pour ceux qui ne veulent pas saucer).

print
Partager

Commentaires

  1. […] Et c’est toujours en me tortillant au son de l’immense et galloise Shirley que j’entrepris de réduire consciencieusement mes graines en pesto tout en me décidant enfin à vouer mes restes de courges spaghetti à un mariage pastafari. Faut dire qu’avec un nom pareil, les courges spaghetti étaient condamnées tôt ou tard à faire joujou avec de la pasta, après s’être blotties dans des crêpes orangées dans l’épisode précédent. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *