étiquette : betterave jaune


Tartare de noix de saint jacques et de betterave jaune à l’orange

Et l’on court dare-dare Vers le piquant tartare Car à bien des égards L’hermaphrodite coquille Adorerait qu’on l’habille D’une robe de betteraves suaves Et d’une fine écume d’agrumes Sabrons le tout sans crier gare Et marinons sans nul autre rempart Qu’une gourmandise dérisoire Avant de mâchouiller et la noix et la rave En un ample mouvement de mâchoires sans entraves Pour deux personnes 200g de noix de Saint-Jacques apprêtées par votre brave poissonnier (un métier en voix de disparition) 1 orange  (ici des oranges légèrement sanguines) 2 petites betteraves jaunes (golden burpee......

Lire le billet


Cinq accompagnements de saison ,façon Tom & Jerry

C’était un samedi matin blême et frissonnant et nous discutions de Liszt et de courge butternut. Ce sont des choses qui arrivent surtout quand on prend des cours de piano juste avant d’aller gambader au marché hebdomadaire. Mon professeur de piano glosait sur la virtuosité du maestro tandis que la midinette en moi se remémorait son visage taillé à la serpe, sa crinière romantique et son regard perçant presque insoutenable. C’est que  notre hongrois tourmenté, avant de sombrer dans une crise mystique insoluble, a longtemps joué les séducteurs invétérés collectionnant de concert......

Lire le billet


Betterave et halloumi en salade

C’est en sortant de la projection du film « Les délices de Tokyo » que l’idée de cette recette a germé dans mon esprit puis dans mon estomac. Dans cet ordre. Oui un jour, promis, nous ferons le procès des traductions françaises fantaisistes de titres de films étrangers. Car le titre original est « An » , tout simplement la pâte de haricots azukis sucrée, très prisée dans les desserts japonais. Avec en toile de fond la préparation des dorayakis , pancakes japonais fourrés à la pâte d’azukis, « An » est une œuvre poétique, contemplative, poignante et......

Lire le billet


ThoranChouPointu

« Regarde les hommes tomber » avait décrété Jacques Audiard dans un de ses premiers films. Moi je regardais Rick transpirer. Rick Stein, éminent chef britannique et grand spécialiste de poissons devant l’éternel, avait décidé depuis quelques temps de voyager aux frais de la BBC _et donc du contribuable britannique _afin de nous présenter ses découvertes culinaires à travers le monde. Et c’est en gambadant de poêle en wok que Rick Stein décida non pas de rechercher le temps perdu mais le parfait curry indien. Flanqué d’une poignée de caméramen et d’une curiosité imperturbable......

Lire le billet