Pickles paresseux de rhubarbe au gingembre

Pickles paresseux de rhubarbe au gingembre
Hind
par

Le monde des pickles, achards, « traked » , « torshi », » tsukemono » et autres saumures est loin d’être triste, et nous n’avons point encore lu tous les livres ! Il est fascinant de voir comment, à travers toutes les traditions culinaires du monde entier, les cuisiniers angoissés ont vécu avec la vibrante obsession de conserver des légumes ou des fruits dans des solutions plus ou moins vinaigrées.
Je vous propose aujourd’hui des petits pickles express inspirés de la gastronomie nippone que j’avais déjà eu l’occasion de tester sur des radis, navets et autres légumes racines.


Cette fois-ci c’est en observant benoitement ma rhubarbe fraichement débarquée du potager que la lumière se fit. J’avais furieusement envie de consommer de la rhubarbe en mode salé (il y a des jours comme ça) mais sans entreprendre d’effort herculéen : vous l’aurez compris, j’étais en mode flemmardise gourmande.
L’être humain ayant des ressources parfois insoupçonnées, surtout en état de faim avancée, je m’apprêtais à interrompre ma flemmardise pour me concocter un déjeuner japonisant. Et soudain, en fixant la bouteille de mirin d’un air pensif, ni une ni deux les pickles de rhubarbe naquirent grâce aux efforts conjoints de mon estomac et de mon cerveau (un couple infernal).
Si vous n’avez pas de mirin, un vin doux légèrement sucré fera tout aussi bien l’affaire.
Suite des recettes de mon déjeuner japonisant de saison dans le prochain épisode !

Ingrédients :

  • 1 à 2 tiges de rhubarbe
  • 5 cm de gingembre frais épluché
  • 100 ml de Mirin
  • 100ml de vinaigre de riz
  • 2 cc bombées de sucre
  • 1 cc de sel

Faites un sort à la rhubarbe en l’éminçant très finement au couteau. Inutile de la peler pour cette recette : éloge de la paresse on disait !Surtout que nous avons affaire ici à une bestiole biologique.

Détaillez finement le gingembre à la mandoline. (ou à défaut râpez-le).

Dans un petit poêlon portez le mirin à ébullition puis baissez le feu et laissez mijoter à feu très doux pendant 3 mn.
Hors du feu ajoutez le vinaigre, le sel et le sucre. Laissez tiédir.

Versez le mélange de mirin sur la rhubarbe mélangée au gingembre(le tout doit être bien immergé sinon doublez les quantités de saumure). Conservez le tout dans un récipient hermétique au réfrigérateur.

Attendez au moins 3 h avant de consommer  et d’admirer la renversante couleur de ce pickles flemmard: la paresse se doit d’être payée par la patience.
Ces pickles peuvent se conserver jusqu’à une semaine au frais et accompagnent parfaitement du tofu, des grillades, une salade de nouilles ou de riz. On peut aussi les déguster comme condiments dans un sandwich. Bref laissez libre cours à votre imagination pour les associations.

Et surtout exigez de vos convives un sonore : Itadakimasu !

print
Partager

Commentaires

  1. Belle idée, et couleur magnifique! Bon, chez moi le résultat serait différent, ma rhubarbe est très productive mais pas rose pour un sous 😉

  2. Arigato pour cette recette simple…. j’imagine même sans manger le goût :-)

  3. […] J’ai accompagné le tout d’une salade tièdes de légumes au miso, d’une salade de concombre aux wakamé, de riz blanc japonais et de pickles de rhubarbe, dont la recette est parue sur le blog ici . […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *