Boulghour psychédélique à la betterave rôtie et à la grenade

Boulghour psychédélique à la betterave rôtie et à la grenade
Hind
par

O toi le faucon orgueilleux

O toi l’oiseau sur la dune qui soudain déploie ses ailes

Je n’ai jamais vu de gazelles obéir aux éperons

Ni de chevaux domestiques revenir à l’état sauvage

Je n’ai pas vu non plus le fier palmier donner ses dattes trop tôt

Car si l’on s’impatiente on ne récolte que des fruits amers

O toi le loup qui hurle dans les bois

O mes jours, o mes nuits, pourquoi avez-vous dévié

Quel destin funeste m’avez-vous réservé

Moi j’aime tous les êtres humains

Et je croyais qu’ils m’aimeraient en retour

Même ceux qui m’ont fait taire

Où m’emmènes-tu mon frère, où m’emmènes-tu

Coup après coup, qui arrêtera le massacre

Amis, Ne nous reprochez pas l’exil

Ne nous reprochez pas l’exil car on y prend gout

Ne nous reprochez pas l’amour de la femme étrangère

Car ce n’est pas une passion passagère.

Je n’ai pas oublié le tambour

Je n’ai pas oublié la kasbah

Je n’ai pas oublié le moussem(*festival de musique/danse marocain)

Ni les chevaux aux couleurs chamarrées

Ni les portes antiques

Ni les psalmodies mystiques

Je n’ai pas oublié mon douar

Au pays des kasbahs

Je n’ai pas oublié l’amitié

Ni le blé des caravansérails

je n’ai pas oublié ma vie,o compagnons de l’amour

je n’ai pas oublié mes gens,

du fin fond de ma détresse

Où m’emmènes-tu frère Où m’emmènes- tu?

Ne m’a tracassé

Ne  m’a couté

Que  la séparation avec mes amis

[….]

Ne m’a tracassé

Ne  m’a couté

Que notre soleil et sa lumière de braise

Extrait (avec traduction approximative )de « Fin Ghadi byia Khouya , Fin ghadi byia » i.e Où m’emmènes-tu mon frère, où m’emmènes-tu ?»  de Nass Al Ghiwane.

Il y a une interjection poétique qui donne le frisson puis à la minute 2 :32 la transe commence, et la voix d’un chanteur mort depuis longtemps ,ressurgit  ,avec une puissance intacte.

C’est la transe de Nass El Ghiwane, littéralement « les gens de la chanson », un groupe marocain mythique, qu’un célèbre admirateur, Martin Scorcese, va surnommer « les Rolling Stones de l’Afrique ».

Nous sommes au début des années soixante-dix au Maroc. Cinq jeunes garçons dans le vent, issus d’un quartier pauvre de Casablanca, vont révolutionner la musique marocaine en brassant folk, rock ,blues et musiques plurielles marocaines.

Ils chantent la liberté, l’oppression, le courage, la jeunesse, l’espoir mais aussi l’amour, la beauté et la paix dans un contexte politique tendu.

Cinq jeunes garçons dans le vent, troubadours modernes, porte-voix des sans-voix qui inventent un art musical unique mêlant textes soufis et poésie en darija(dialecte arabe marocain, à ne pas confondre avec les langues berbères) tout en puisant dans le riche patrimoine musical du royaume .

Ils s’inspirent ainsi de la Aita rurale des chickhates (groupes de femmes marocaines musiciennes des campagnes), du  raffinement de la musique arabo-andalouse, des  puissantes et mystérieuses transes Gnawas, cette fameuse musique des descendants d’esclaves venus d’afrique sub-saharienne, en y apportant un souffle nouveau et singulier.

Cinq jeunes garçons toutes tignasses dehors, en « pattes d’eph  » conquérantes, qui n’utilisent ni batterie , ni guitare électrique ni synthétiseur : ils ont au contraire l’excellente idée de réintroduire des instruments traditionnels comme le guembri ou hajhouj (luth utilisé par les gnawas)) , le tabl(petites timbales de percussion traditionnelles), le bendir (tambour du cru) en les associant à du luth et du banjo.

Cinq jeunes garçons au verbe légendaire, qui déclament leurs poèmes au rythme de ces instruments ancestraux avec une intensité qui déchainera les ferveurs des foules, sensibles à ce mélange d’authenticité et de liberté créatrice.

Certains membres du groupe sont morts aujourd’hui, d’autres sont partis mais Nass El Ghiwane est toujours là, envers et contre tout.

J’écoutais donc cette chanson en mode nostalgique, en m’imprégnant de cette langue qui prend aux tripes et de cette musique lancinante. Et tout cela m’avait mis en appétit !

Il me fallait donc une recette qui célèbre les seventies vrombissantes, façon hommage aux poètes et musiciens chevelus de tout poil par delà les frontières (osons, osons).

Et quoi de mieux que de commencer l’année en fushia pétardant avec des parfums de l’ineffable betterave et la délicatesse de la grenade pour célébrer la saison en couleurs vibrantes ! Le tout mélangé à du boulghour pour un accompagnement seventies totalement psychédélique.

Ce plat peut être servi en buffet, en accompagnement de viandes blanches ou avec des légumes rôtis ou encore  une petite salade de crudités. L’ajout de fromage de chèvre ou de brebis est par ailleurs fortement autorisé et complète bien la douceur de boulghour vitaminé.

Pour 4 personnes

  • 200g de boulghour fin (en vente dans les magasins bio)
  • 3 betteraves rouges de taille petite à moyenne
  • 1 à 2 grenades
  • 2 petites échalotes ou un oignon moyen
  • 1 gousse d’ail
  • 1 poignée de feuilles de menthe fraiche
  • 1 c à s de graines de fenouil ou de carvi, torréfiées à la poêle sèche pendant 5 minutes.
  • 1  c à s de thym frais haché (à défaut séché)
  • ¼ cc de piment en poudre (facultatif)
  • 1 c à s de vinaigre balsamique
  • 3 c à s d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Facultatif : feta ou fromage de chèvre pour servir.

boulgourgrenade2Sus à la betterave rôtie ! préchauffez le four à 200°C, enduisez légèrement les betteraves d’huile d’olive et d’un peu de sel avant de les envelopper dans du papier aluminium ou du papier sulfurisé. Faites cuire pendant 1 h à 1h 30 selon la taille des bestioles (testez avec un couteau). Laissez refroidir avant de peler. Ce mode de cuisson a pour avantage de concentrer les sucres des betteraves pour un résultat délicieux.

Attaquons le boulghour : pour cela deux techniques de cuissons s’offrent à vous:

-La cuisson à l’eau :portez 400ml d’eau légèrement salée à ébullition dans un petit poêlon, ajoutez le boulghour en pluie, baissez le feu immédiatement au minimum .Couvrez et laissez cuire une dizaine de minutes. Laissez reposer hors du feu, toujours à couvert pendant une vingtaine de minutes avant d’égrener le tout à la fourchette

-La cuisson à la vapeur : chemisez un cuit-vapeur (ou un rice cooker) de mousseline fine (sauf si les trous de la passoire sont inférieurs au diamètre des graines du boulghour, shadock power !). Mouillez le boulghour à hauteur avec de l’eau tiède et laissez reposer 15 minutes. Versez dans le cuit-vapeur et laissez mijoter pendant 45 mn à 1h : testez la cuisson du grain en goutant, il doit être moelleux sans être farineux.

boulgourfinUne fois ces histoires d’école résolues, place au psychédélisme ! Mixez finement une des betteraves pelées avec la gousse d’ail, le vinaigre balsamique et l’huile d’olive. Salez et poivrez légèrement puis versez sur le boulghour encore tiède. Mélangez délicatement puis égrenez à la fourchette pour continuer à aérer les grains. Et admirez votre œuvre colorée !

Hachez les échalotes et détaillez le reste de  betteraves en brunoise. Ciselez grossièrement les feuilles de menthe et récupérez les graines de la grenade.

Mélangez le boulghour rose avec la betterave en dés, les échalotes, le thym ,la menthe, la grenade ainsi que les graines de fenouil(ou de carvi) et le piment. Vous avez le droit de rajouter une lichette d’huile d’olive et de rectifier l’assaisonnement en sel et poivre.

Placez une vingtaine de minutes au frais avant de servir.

boulgourgrenade1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

print
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *