Recettes


Epinards aux citrons confits, crêpes carottes pois-chiches

On raconte que jadis, un fier et redoutable prince, parti guerroyer au loin, s’en revint plein de gloire et de fureur apaisée avec dans ses valises un troupeau d’éléphants. Reconnaissons que la notion de bagage était un soupçon différente à l’époque, Thomas Ryan n’étant pas encore né, c’est un fait historiquement prouvé....

Lire le billet


kimchi carottes et radis rouges

C’est grâce à Luna Diogène et à la série coréenne « let’s eat » que j’ai commencé à me familiariser plus que de coutume avec la cuisine coréenne.Vous le savez dorénavant, d’un tempérament plus qu’influençable, toute lecture ou fiction visionnée me donne toujours des envies de cuisine virant parfois à l’obsession comme pour l’omurice de «lunch no joou »....

Lire le billet


Burger aux lentilles corail

« En se promenant dans la rue, Nasr Eddine avise un gueux en loques, prostré aux pieds d’un mur. Il s’approche. -A quoi penses-tu donc mon pauvre, tu as l’air bien accablé. -il y a de quoi : je n’ai pas mangé depuis trois jours et je pense que je n’ai pas un seul aktché . Tu vois que j’ai quelque raison de m’en faire. -Allons viens avec moi, lui propose le Hodja, je t’emmène à l’auberge C’est une aubaine et l’autre ne se fait pas prier.......

Lire le billet


Buns au lait battu (lait ribot)

C’est dimanche et il est 14 heures. L’heure de la sieste plane sur la cité blanche, Rabat, ma ville natale. La maison est assoupie, les bruits de la cuisine se sont tus, le chat s’étire au soleil, les rideaux volettent doucement dans la brise du sud et la radio ronronne en sourdine. Soudain un voile se déchire sur la beauté du monde. Deux pianos se suivent, s’emmêlent, les notes s’entrechoquent, les trilles s’envolent dans le ciel clair, une allégresse surnaturelle envahit la maison endormie. J’ai 7 ans et je découvre Mozart à......

Lire le billet


terrine d'orge

Lunch no jouu (ランチの女王) littéralement » La reine des déjeuners » fait partie de mes feuilletons japonais préférés. Car quand je ne mitonne pas ou que je ne suis pas plongée corps et âme dans un bouquin, j’ai une passion coupable pour les Jdramas, contraction de « japanese doramas » alias feuilletons nippons. Vous vous en doutiez peut-être lors de la recette du bol comestible ou je digressais déjà à propos d’un autre feuilleton japonais : « Pan to Pan to Supu to Neko Biyori ») ....

Lire le billet


Bissara time

Dans les matins blêmes d’hiver, la médina s’éveille avec peine, empêtrée dans  un brouillard humide et silencieux, loin de la clameur journalière. Les ruelles labyrinthiques sont encore vides, les  différentes confréries de marchands se réveillent à peine, les motocyclettes ne pétaradent pas encore toute fumée dehors et  la voix gutturale du muezzin vient juste de chanter l’aube dans un calme précaire....

Lire le billet


Tajine aux chicons!

C’était au temps où Bruxelles bruxellait. C’était au temps où les trams jaune éclatant, longues chenilles mouillées rampaient à travers la ville. C’était au temps où je prononçais encore Bruxelles en insistant sur le x à la française. Loin de mes proches, le spleen en bandoulière, j’errais dans la ville et je comprenais enfin toutes ces histoires de ciel bas et de canaux pendus. C’était au temps de ma première année en Belgique, une, deux, trois gouttes dans le ciel et sur mes joues....

Lire le billet


Caldo verde à ma façon

Et nous revoilà avec la brassica sous le bras, déguisée à la portugaise pour faire aimer le chou même aux plus récalcitrants. En effet cette spécialité traditionnelle du nord du Portugal (littéralement bouillon vert en portugais) a pour but avoué de transcender le chou par la présence du « chouriço », la version lusitanienne du chorizo espagnol. Nous y voilà : le sauciflard et le chou, un duo imbattable présents dans toutes les mémoires culinaires européennes, avec la soupe aux choux comme étendard. La soupe aux choux ou le symbole même de la cuisine populaire......

Lire le billet


Page 10 of 16« First...89101112...Last »