Confiture de poivrons aux piments

Confiture de poivrons aux piments
Hind
par

Comme nous l’avons vu dans les précédents épisodes des aventures légumistes, le piment et le poivron sont tous deux issues d’une même espèce végétale, le’ Capsicum annuum’, originaire d’une Amérique précolombienne qui nous a déjà fait grâce de ses tomates, patates, haricots et autres courges.

Tandis que le piment poursuivait sa carrière épicée à travers le monde , non sans quelques résistances ici et là comme pour la gastronomie japonaise,  le poivron à force de sélections tenaces gagnait en rondeur  bonhomme tout en perdant de sa saveur piquante, due à la capsaïcine, substance irritante qui constitue le principe actif de la brûlure des piments.

Piments et poivrons semblent avoir  été cultivés très tôt dans les civilisations d’Amérique centrale comme le prouvent les fouilles archéologiques récentes, même si les piments y semblent plus présents que leur confrères plus doux. Ainsi,5000 ans avant notre ère, le piment était déjà domestiqué au Mexique et semble avoir fait l’objet d’une patiente sélection par les agriculteurs amérindiens. Il constituait le quatrième pilier d’une alimentation fondée sur ce que les autochtones appelaient les trois sœurs : le mais, le haricot et la courge.

Les mythes de la civilisation maya font par exemple grand cas du piment. En témoigne le Popol Vuh, un récit épique écrit en langue quiché, qui a pour délicate mission de décrire la cosmogonie maya et d’expliquer la genèse du monde.

Le Popol vuh, nous raconte qu’un jour le dieu soleil décida de violer et de ravir  la déesse Lune. Que le lecteur offusqué excuse l’auteur de ces pages  qui n’y est pour rien dans cette violence, les récits de genèse à travers le monde ayant souvent une fâcheuse tendance à l’agressivité fortuite.

Le père de la déesse lune, le dieu Terre lui même (masculin chez les mayas)  furieux, se mit à la poursuite de l’assaillant et de sa victime. C’était sans compter sur les ruses du Dieu soleil, qui avait pris soin de remplir la sarbacane du paternel avec de la poudre de piment. Ce dernier, non conscient du danger, aspira tout le piment en essayer de viser le soleil scélérat. Mal lui en pris : le malheureux se brûla les lèvres, le nez et les poumons tant et si bien que ses spasmes donnèrent lieu aux premiers tremblements de terre !

Dans la recette d’aujourd’hui, de manière tout à fait prosaïque nous n’essaierons point de nous mesurer aux dieux. Nous essaierons simplement de concocter une surprenante confiture aux poivrons et aux piments, un condiment qui accompagne à merveille les fromages, les viandes , les purées de légumineuses. On peut aussi le glisser nonchalamment dans un sandwich ou parcimonieusement dans une sauce tomate maison.

Vous pouvez bien entendu vous passer du piment pour une confiture moins ‘caliente’. Que le dieu de al terre soit avec vous (sans sarbacane).

Tous les légumes étant biologiques sur ce blog, je ne mets pas les précautions d’usage quant à la peau du citron non traité.

Pour environ 300ml de confiture

  • 6 beaux poivrons rouges (environ 1kg en poids, 550g en poids épluché)
  • 5 petits piments thai (ou plus selon gout)
  • 1 cc de gros sel
  • 250g de sucre de canne
  • 1 citron
  • ½ cc d’agar agar (ou 1 cc pour un effet plus gélifié)

Commencez par éplucher les poivrons à l’économe : cela donne ne texture plus fine en bouche à la confiture. Enlevez ensuite les tiges, les pépins et le placenta intérieur. Rincez à l’eau froide pour débarrasser les poivrons des éventuels pépins résiduels. Coupez ensuite la chair en brunoise (dés très fins)

Épépinez les piments puis hachez-les menus (non je ne vous demanderai pas d’éplucher les petits piments)

Prélevez de grandes lamelles de zestes de citron à l’économe, puis pressez le citron.Réservez

Dans un grand saladier, mélangez le poivron en dés, le piment, les lamelles de peau de citron ainsi que le sucre de canne. Touillez bien, filmez puis laissez reposer au frais pendant au moins 4 heures voire la veille pour le lendemain. Pendant ce temps occupez-vous intelligemment (ou pas)

Après repos, les poivrons auront lâché leur jus. Ajoutez 100 ml d’eau puis versez le tout dans une grande casserole. Ajoutez le gros sel,portez à ébullition puis laisser confire pendant environ 40 à 50 mn en surveillant. Ôtez les lamelles de zestes de citron au bout de 15 mn.

10 mn avant la fin de cuisson, ajoutez le jus de citron.

En fin de cuisson la confiture a une consistence sirupeuse (sinon laissez cuire encore quelques minutes) : délayez l’agar agar dans une càs d’eau, ajoutez au mélange et laisser cuire 2 mn supplémentaires.

Versez encore chaud dans un pot à confiture ou une jarre stérilisée (lavé(e) à l’eau chaude savonneuse, rincé(e )puis passée 30 mn au four à 140°C),fermez puis laissez reposer jusqu’à complet refroidissement. Conservez au réfrigérateur après ouverture.

Pour ma part j’aime déguster cette confiture bien froide sur une tartine au fromage : à vous de jouer !

print
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *